Genèse d'une ville et d'un territoire à la veille de la Seconde Guerre Mondiale

  • Jean-Marie Richez Cercle Historique et Archéologique de Valenciennes
Mots-clés: Valenciennes, Seconde Guerre Mondiale

Résumé

Valenciennes, ville carolingienne, s’est développée progressivement pour atteindre sa taille adulte vers 1125 et l’a conservée jusqu’au XIXe siècle. Ville rattachée à la France, après les conquêtes militaires de Louis XIV, Valenciennes devient chef lieu d'intendance en 1716 et bénéficie de la découverte de la «terre à charbon». La Restauration marque l’essor du bassin minier valenciennois. A partir de 1834-1835, l’industrie sidérurgique s’installe dans le Valenciennois. Au milieu du XIXe siècle, le Valenciennois a réussi son décollage industriel grâce à trois facteurs : la découverte d’une matière première en forte demande (la houille), les capitaux venus de l’extérieur et un savoir-faire industriel accumulé, parfois venu de l’extérieur. L’arrivée massive de la construction mécanique en 1881 marque la première phase de restructuration du Valenciennois. Les entreprises parisiennes viennent en nombre s’installer dans le Valenciennois, attirées par la proximité des matières premières et la présence des utilisateurs.

Au recensement de 1936, Valenciennes compte 42 564 habitants répartis dans 10.861 immeubles. Cet apogée démographique s’explique par une immigration massive qui n’est pas sans poser de problèmes aux autorités locales. Valenciennes est une ville ouvrière et commerçante aux services administratifs dispersés. La majeure partie du commerce est concentrée autour de la Grand Place - Place du grand marché - comme on l’appelait au Moyen-âge, et dans le réseau des rues adjacentes. Les habitants de Valenciennes sont attachés à leurs libertés communales, octroyées par Baudouin III par la Charte de charité postérieure de cinquante ans aux Ordonnances de la Draperie. La ville tire un grand orgueil de ses innombrables artistes dont 21 ont obtenu un prix de Rome. Les Valenciennois sont également très attachés au décor de leur cité.

Références

Beaussart, Philippe 1987 Patrimoine Archéologique de Valenciennes. 2ème édition.
Valenciennes: musée de Valenciennes.


Beaussart, Philippe 1988 A Propos Des Origines de Valenciennes.
Valentiana 2: 43–45.


Cellier, L. 1873 Une Commune Flamande. Recherches Sur Les Institutions de La Ville de Valenciennes.


Demangeon, Albert 1973 La Picardie et Les Régions Voisines: Artois, Cambrésis, Beauvaisis. 4ème édition.
Paris: A. Colin.


Dollé, Catherine 1995 Les Écoles Académiques de Valenciennes Au XIXe Siècle.
Valentiana 15: 77–84.


Guignet, Philippe 2004 Nouvelle Histoire de Valenciennes.
Toulouse: Privat.


Hardy-Hémery, Odette 1982 Histoire de Valenciennes, Ouvrage Collectif Sous La Direction d’Henri Platelle.


Hardy-Hémery, Odette 1984 Industrie, Patronat et Ouvriers Dans Le Valenciennois Pendant Le Premier 20è Siècle.
Paris: Messidor.


Lemaître, Charles 1978 Relation de Mon Voiage de Flandre, de Hollande et de Zélande Fait En Mil Six Cent Quatre Vint et Un,
vol.213. Belles lettres.


Nys, Ludovic, and Alain Salamagne 1996 Valenciennes Au XIV et XVe Siècles.
Condé-s/ Escaut: Presses universitaires de Valenciennes.


d’Outreman, Henry 1975 Histoire de La Ville et Comté de Valenciennes.
Laffitte.


Poinsignon, Jean-Claude 1998 Bienvenue Dans l’Athènes Du Nord: Petite Histoire Des Statues de Valenciennes.
Éd. Spratbrow.


Salamagne, Alain 1984 Les Fortifications de Valenciennes Du XIIè Au XIIIè Siècle. Leur Place Dans l’architecture Militaire.
Université Charles de Gaulle Lille III.
Publiée
2017-11-03