Un nouveau plan de développement pour la ville en 1961

  • Jean-Marie Richez Cercle Historique et Archéologique de Valenciennes
Mots-clés: Valenciennes

Résumé

Le plan Laprade de reconstruction et d’aménagement de la ville reconnu d’utilité publique en juin 1943 est applicable quinze ans. La Loi du 15 juin 1943 est remplacée par le décret n°58-1463 du 31 décembre 1958 relatif au plan d’urbanisme, paru au J.O du 4 janvier 1959, cette nouvelle terminologie se substituant à celle des projets d’aménagement. La législation change souvent, les doctrines et les techniques évoluent, mais les principes sont immuables. Il s’agit d’organiser la région, la cité, le quartier où vivent des hommes qui ont des besoins matériels et moraux. Le législateur s’est préoccupé de ne pas laisser dormir les plans d’urbanisme qui ne doivent pas être de simples documents administratifs, mais des moyens réels d’améliorer les conditions d’existence dans les cités.

Par arrêté du 23 juin 1958, pris en application de l’article 70 du code de l’urbanisme et de l’habitation, est ordonné la révision du projet de reconstruction et d’aménagement de la commune de Valenciennes. Tout projet d’urbanisme doit faire l’objet d’une enquête publique dont l’objet a été modifié. Elle permet aux intéressés d’exprimer au même moment que la publication en mairie leurs observations de façon que celles-ci puissent être confrontées et appréciées. Ce plan doit s’intégrer dans une réflexion d’ensemble d’aménagement de zones critiques du Valenciennois pensé dans le cadre du groupement d’urbanisme de Valenciennes.

Le plan Frouin a pour ambition que Valenciennes conserve sa place de capitale économique, politique et culturelle du Valenciennois. L’architecte urbaniste, G. Perpère, est chargé, quant à lui, en 1958 de confectionner le plan directeur de la ville de Valenciennes. Perpère concentre sa réflexion sur l’aménagement et le développement de la ville, chef-lieu d’arrondissement qui joue incomplètement son rôle de capitale régionale.

Publiée
2017-11-03