Pierre Carous et sa ville de Valenciennes (1947-1987)

Jean-Marie Richez, Pierre Carous et sa ville de Valenciennes (1947-1987)

Le dimanche 14 janvier 1990, en fin de matinée, celui qui avait été maire de Valenciennes de 1947 à 1988, Pierre Carous, mettait fin à ses jours à 76 ans en se tuant d'une décharge de fusil de chasse. Avant de partir, il avait laissé une lettre destinée à être rendue publique :" J'ai aimé ma ville et ma patrie. Je les ai servies de toutes mes forces. (...). Garder de moi le souvenir d'un homme de bonne foi (...)". Jacques Chirac, présent aux funérailles du maire de Valenciennes, en janvier 1990 en l’église Saint-Géry (ainsi que tout le gotha gaulliste de l’époque : C. Pasqua, A. Juppé, etc.) avait dit de lui : « Il a donné le meilleur de lui-même à son idéal ». « C’était un seigneur », renchérit Maurice Schumann.

A travers quarante ans d'histoire de la ville de Valenciennes et de son territoire, de la fin de la Seconde Guerre Mondiale à l'arrivée à la mairie de Valenciennes de Jean Louis Borloo, le conférencier retracera le parcours politique de Pierre Carous mais au delà : son action, ses succès et insuccès d'une transformation de la ville-centre et de son territoire. Figure politique incontestée du Valenciennois, Pierre Carous a toujours été reconnu par ses pairs, toutes tendances politiques confondues, comme l'homme incontournable du Valenciennois et l'ont nommé tour à tour Président du plan de modernisation et d'équipement du Valenciennois en 1966 puis du Schéma Directeur d'Aménagement et d'Urbanisme (SDAU) dès 1970. Alors qui était Pierre Carous et qu'a t-il fait?


Événement

Pierre Carous et sa ville de Valenciennes (1947-1987)

Le dimanche 14 janvier 1990, en fin de matinée, celui qui avait été maire de Valenciennes de 1947 à 1988, Pierre Carous, mettait fin à ses jours à 76 ans en se tuant d'une décharge de fusil de chasse. Avant de partir, il avait laissé une lettre destinée à être rendue publique :" J'ai aimé ma ville et ma patrie. Je les ai servies de toutes mes forces. (...). Garder de moi le souvenir d'un homme de bonne foi (...)". Jacques Chirac, présent aux funérailles du maire de Valenciennes, en janvier 1990 en l’église Saint-Géry (ainsi que tout le gotha gaulliste de l’époque : C. Pasqua, A. Juppé, etc.) avait dit de lui : « Il a donné le meilleur de lui-même à son idéal ». « C’était un seigneur », renchérit Maurice Schumann.


Date: 2020-03-29T15:00:00Z

Place: Musée des Beaux-Arts de Valenciennes

Adresse: Boulevard Watteau

Par: Jean-Marie Richez