Cours, courées, corons dans l'habitat du Nord industriel

  • Philippe Guignet Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes

Résumé

Dans cet exposé corollaire d’un article récent de la Revue du Nord sur l’habitat collectif et social, il est souligné combien notre région du Nord-Pas de Calais, par le développement des industries textile, minière et métallurgique depuis le début du XIXe jusqu’à la moitié du XXe en est un observatoire privilégié. On peut distinguer une première période jusqu’à la fin du XIXe où l’habitat ouvrier, héritage surtout du travail textile traditionnel (sayetterie) dans des villes encore emmurées, relève souvent de la seule initiative de particuliers, bourgeois, artisans, rentiers qui peuvent y trouver un revenu. On trouve ces “ cours ”, “ cours à sac ” (XVe) (qui deviendront les “ impasses ”) dans toutes nos villes, à Valenciennes et même à Marseille mais c’est à Lille sous le nom de “ courées ” “ courettes ” et encore de “ forts ” comme à Roubaix et Tourcoing qu’elles sont le plus répandues.

Références

Guignet, P.. (s. d.). Cours, courées et corons. Contribution à un cadrage lexicographique, typologique et chronologique de types d’habitat collectif emblématiques de la France du Nord, « Cours », « Courées », and « Corons », Contribution to a Lexicographical, Typological and Chronological Survey of the Types of Collective Habitat that Characterize Northern France. Revue du Nord, (374), 29‑47.
Publiée
2018-02-13
Rubrique
Articles