Un transfert de souveraineté sans rupture

le cas des familles urbaines dirigeantes en Flandre wallonne et en Hainaut dans le dernier tiers du XVIIème siècle

  • Philippe Guignet Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes

Résumé

Les traités d’Aix-la-Chapelle (1668) et de Ni- mègue (1678) firent passer la Flandre wallonne puis la moitié méridionale du Hainaut, ainsi que le Cambrésis sous la domination française. Comment réagirent les habitants des territoires conquis ? Le pouvoir a-t-il agi pour obtenir leur ralliement en important des familles acquises au nouveau pouvoir ? Les habitants de la Flandre et du Hainaut se sont montrés sujets loyaux sans pour autant se rallier. “ Français malgré eux ”, personne ne souhaitait devenir Français. Simon le Boucq a relaté les propos anti-français des Valenciennois. C’est Richelieu qui soutenait en 1640 que les Arrageois étaient plus espagnols que les Cas- tillans. Alors que Louis Trenard penchait pour un ralliement global et spontané des Lillois notamment grâce à une politique souple et ferme à la fois, Ph. Guignet estime que ce concept du ralliement est mis à mal dans les faits.

Publiée
2017-11-05
Rubrique
Articles