Les réparations, grands calculs, petits profits pour une faillite de la paix

Jean Heuclin, Les Réparations, grands calculs et petits profits, pour une faillite de la paix.

Les destructions nombreuses survenues lors des derniers jours de la guerre et perpétrées par les divisions d’élites allemandes visaient à retarder l’avance des Alliés mais aussi à achever les buts économiques de guerre : contraindre les Français à acheter du matériel industriel allemand en compensation des réparations qui devraient être payées. L’année 1919 est celle de l’amère victoire. Face à l’ampleur des problèmes, le ministre des Finances Klotz répond : « L’Allemagne paiera ». Les Français qui sont également confrontés à la facture américaine du ravitaillement par la CRB (54 milliards) veulent la lier aux Réparations et les Allemands déclarent : c’est « la guerre après la guerre ». De 1919 à 1924, l’enjeu est la mise en application du traité de Versailles et celle des Réparations. La France, isolée diplomatiquement, perd ses illusions pour se réfugier dans le mythe de la prospérité de la Belle Epoque derrière un système militaire défensif.

Événement

Les Réparations, grands calculs et petits profits, pour une faillite de la paix.

Les destructions nombreuses survenues lors des derniers jours de la guerre et perpétrées par les divisions d’élites allemandes visaient à retarder l’avance des Alliés mais aussi à achever les buts économiques de guerre : contraindre les Français à acheter du matériel industriel allemand en compensation des réparations qui devraient être payées.


Date: 2019-10-27T14:30:00Z

Place: Musée des Beaux-Arts de Valenciennes

Adresse: Boulevard Watteau

Par: Jean Heuclin