Souscription Tome XIII

Publication du Cercle archéologique et historique de Valenciennes - Tome XIII-2017

Le 22 mai 1940, un incendie détruit la totalité des immeubles de la Place d'Armes de Valenciennes.

Hôtel de ville, après l'incendie du 22 mai 1940 (archives bibliothèque municipale de Valenciennes et collection particulière)
A travers cet évènement douloureusement ressenti par la population locale, c'est une partie de l'âme et de la mémoire de la ville qui disparaît.

A cette époque, la Cité située en zone interdite est sous la tutelle de l'Autorité administrative allemande. André Muffang, Commissaire à la Reconstruction, désigne Valenciennes comme l'une des premières villes sinistrées à reconstruire. Le plan de reconstruction de la ville et l'aménagement de son agglomération est établi sous Vichy par l'éminent architecte-urbaniste Albert Laprade. Il est reconnu d'utilité publique le 24 juin 1943 et vise à consacrer la ville comme capitale du Hainaut afin d'en faire, à terme le centre d'un nouveau département. Ce plan ne sera pas remis en question après guerre.

Conter comment les pouvoirs publics issus de la Libération ont entrepris la reconstruction, c'est faire une histoire croisée : celle des difficultés économiques et financières auxquelles se sont heurtés les architectes et urbanistes; celle des rapports complexes entre le Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme et la municipalité; celle des sinistrés confrontés aux impératifs d'une politique publique avec ses aspects administratifs et politiciens. L'inauguration de l'hôtel de ville par le Général de Gaulle le 26 septembre 1959 marque la fin de la reconstruction.

Ce livre rend hommage à l'action des édiles qui se sont succédés durant toute cette période : Abel Posière, Adolphe Lefrancq, Aimé Laboureau, et enfin Pierre Carous. Il met en évidence les initiatives de l'architecte-urbaniste Albert Laprade, concepteur du plan qui restera juridiquement valable plus de vingt-cinq ans et celles des architectes en chef chargés de la reconstruction : Maurice Vandenbeusch puis Jean Vergnaud, disciple de Laprade lui-même, qui, gagné aux idées de Le Corbusier, infléchit le plan vers un projet scientifique et biologique plus centré sur l'Homme. Valenciennes fut la première ville remembrée de France en 1947; sa reconstruction ne se déroula pas comme prévu.

Ce récit s'inscrit dans cette longue histoire permanente et récurrente de destruction, de reconstruction et de renaissance d'une ville qui veut affirmer sa prééminence sur un territoire

Bon de souscription téléchargeable ici


Table des matières

  • Avant propos.
  • Introduction

Première Partie: De l'avant dernière Guerre Mondiale à la Libération. Le temps des incertitudes et de la guerre

  • Chapitre I : Genèse d'une ville et d'un territoire à la veille de la Seconde Guerre Mondiale.

Valenciennes et le Valenciennois : naissance d'une ville et d'un territoire.

  • Chapitre II : Valenciennes, sous Vichy.

Une ville à reconstruire parmi les 562 villes sinistrées recensées en France au 30 juin 1943. L'inconciliable : un projet de reconstruction ou de rénovation de la Cité imposé par Vichy. Un attachement des habitants de Valenciennes à leur liberté communale.

  • Chapitre III : Péripéties romanesques de la conception à l'acceptation du plan de reconstruction du centre-ville de Valenciennes.

Au milieu de l'année 1944, tout semble prêt pour la réalisation du grand chantier.

Deuxième partie: Le temps du provisoire (1945-1948)

  • Chapitre IV : Un plan de reconstruction du centre-ville définitivement adopté après guerre.

Une ville meurtrie.

  • Chapitre V : Sinistrés, hommes de l'art et les choix de l’État.

Le non consensus de la reconstruction. Des litiges à profusion non réglés.

Troisième partie: Le temps de la Paix et de la Reconstruction

  • Chapitre VI : Un premier démarrage des travaux en avril-mai 1948 : la fin de la période du provisoire.

Éviter l'enlisement. L'inauguration de l'hôtel de ville par le Général De Gaulle le 26 septembre 1959 consacre la reconstruction du centre-ville de Valenciennes.

  • Chapitre VII : La reconstruction des édifices publics. Des choix qui conditionneront le devenir de la ville.

Des dommages de guerre insuffisants.

  • Chapitre VIII : Un nouveau plan de développement pour la ville en 1961.

Le plan d'utilité publique de 1943 de Laprade, seul document juridiquement valable durant 25 ans.


Bon de souscription téléchargeable ici